Une saison blanche et sèche

Une saison blanche et sèche – livre splendide magnifiquement adapté au cinéma par la réalisatrice de rue Cases-Nègres c’est poignant bouleversant, dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid l’égalité des peuples la solidarité des peuples une belle leçon de vie dans ce roman à faire découvrir aux jeunes générations
Dans la moiteur des nuits orageuses de Pretoria, Ben Du Toit découvre un monde tout proche et pourtant si loin de sa vie d’Afrikaner. Peu à peu, il ouvre des yeux incrédules sur un système qu’il cautionne par ignorance et par lâcheté et qui entretient une communauté, un peuple, dans le désespoir et la résignation. La naïveté de Ben est telle qu’il croit encore à une justice où toute notion de couleur ou de race serait abolie, mais dans les années quatre-vingt en Afrique du Sud, l’espoir est un privilège de Blanc. Loin d’avoir voulu faire de son personnage un héros acquis à une cause humanitaire, André Brink dépeint un homme révolté qui se battra pour comprendre pourquoi les services de police peuvent en toute impunité tuer des hommes parce qu’ils sont noirs. Dans le pays de l’apartheid, les moyens pour préserver la sécurité d’État sont expéditifs, Ben l’apprendra à ses dépens. L’ouvrage, interdit en Afrique du Sud dès sa publication, recèle aujourd’hui toute la force d’un témoignage et demeure, malgré un contexte politique heureusement pacifié, d’une bouleversante humanité. –Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

Quatrième de couverture

Le type même du roman complet, construit, partant d’une intrigue passionnante mais anecdotique pour aboutir aux problèmes fondamentaux : les libertés individuelles, le droit de disposer de soi, l’incommunicabilité entre les races, entre les classes sociales, l’illusion du combat solitaire. Un grand livre, d’une écriture généreuse et courageuse, qui se lit d’une traite en haletant. (M.C. A., Femmes pratiques.) Reportage à peine romancé, c’est déchirant. C’est un livre-roman qui dit lAfrique du Sud d’aujourd’hui, et c’est là où le travail d’un romancier est capital… (Françoise Xénakis, Le Matin.)
ne saison blanche et sèche/André Brink
Publié en 1979 en Angleterre puis traduit en français en 1980, ce passionnant récit est resté longtemps interdit en République Sud-Africaine. Il a obtenu le prix Médicis en 1980.
Les faits se passent à l’époque de l’apartheid dans les années 70. Un professeur de lycée d’origine boer , Ben Du Toit a décidé d’élucider les circonstances de la mort de son jardinier et ami Gordon, un kaffir dont le fils est mort aussi dans d’étranges circonstances. Cette recherche obsessionnelle, solitaire et désespérée de la vérité, au risque de tout perdre, vie familiale, professionnelle, sociale, va conduire Ben en enfer, la peur au ventre à chaque instant. Son juste combat d’un homme qui croit en un idéal semble voué à l’échec contre la Sûreté Nationale qui comme la Gestapo en d’autres temps, fait disparaître quiconque la gêne. Ben veut briser la conspiration du silence qui entoure ces morts douteuses.
Le témoignage de Brink sur les conditions de vie à cette époque fait de ce livre engagé et humaniste, plaidoyer contre le racisme, la ségrégation et l’intolérance, un ouvrage courageux. C’est un livre dur, très dur.
La technique de narration est intéressante et fait penser à Stefan Zweig : l’auteur en effet se met en scène et à partir d’un fait concernant un de ses amis, va construire l’histoire de l’obstination et l’acharnement d’un homme que rien n’arrête pour être en paix avec sa conscience

Détails sur le livre

  • Poche: 404 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (12 mai 1982)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253029467
  • ISBN-13: 978-2253029465

Certainement un des meilleurs livres qu’il m’est ete donne de lire. Vous entrez dans le monde d’un Afrikaner qui va prendre conscience de la betise du systeme que, jusque la, il avait tolere. Un livre a mediter!

Une saison blanche et sèche | PDF TÉLÉCHARGER | 4.5
DMCA - Contact