Le théorème des Katherine

Le théorème des Katherine – J’ai adoré ce roman, où j’ai retrouvé bien des atouts de l’auteur : des adolescents brillants, spirituels, tourmentés mais positifs malgré tout, des personnages incroyablement vivants, des dialogues drôles et pertinents, un éclairage indirect des adultes remarquable (un des atouts de l’auteur, qui aime présenter des relations parents-ados positives ; shocking, je sais).

Cette histoire est d’abord très distrayante, avec les malheurs de Colin, un jeune homme surdoué qui se cherche en cherchant l’amour, mais uniquement à travers des jeunes filles portant le prénom de Katherine… ce qui peut n’être qu’une très mauvaise idée, bien sûr ! Il décide de partir, en compagnie de son meilleur (et seul) ami, Hassan, un jeune musulman spirituel et rebelle (sa rébellion s’exprimant par le refus absolu de tout effort), faire un road-trip. Road-trip qui sera rapidement interrompu pour un séjour inattendu, suite à une rencontre fortuite.

Le personnage de Colin est très réussi : touchant, exaspérant, immature, insupportable, parfois très bizarre mais pourtant très familier dans ses errances. Celui de Hassan, en demi-teintes, est exceptionnel de subtilité.

Le thème de base est amusant : Colin a réalisé qu’être un enfant puis un ado surdoué (QI au plafond, connaissances phénoménales dans certains domaines) ne valait rien en soi. Connaître, apprendre, savoir, ne faisait pas de vous un génie. Pour cela il fallait faire une différence, vivre son Eurêka.

Extrait

(1)

Le lendemain du jour où Colin Singleton, illustre enfant surdoué, fut reçu au bac et largué par sa dix-neuvième Katherine, il prit un bain. Colin avait toujours eu une préférence pour les bains, il avait pour principe dans la vie de ne rien faire debout qu’il ne puisse faire allongé. Dès que l’eau fut chaude, il enjamba la baignoire et s’assit, observant d’un air étrangement absent son corps s’immerger. L’eau gagnait peu à peu ses jambes, qu’il avait croisées et pliées. Il reconnaissait sans peine, bien que du bout des lèvres, être trop grand, trop corpulent, pour cette baignoire – il avait tout de l’adulte jouant au bébé.
Tandis que l’eau commençait à mouiller son ventre creux mais dénué de muscles, il songea à Archimède. À quatre ans, Colin avait lu un livre sur le philosophe grec qui, en s’asseyant dans sa baignoire, avait découvert comment mesurer le volume d’un corps au déplacement de l’eau. À cette occasion, Archimède avait paraît-il crié «Eurêka !»1 avant de courir, nu, à travers les rues. D’après le livre, nombre de découvertes majeures sont accompagnées d’une «minute Eurêka». Déjà, à l’époque, Colin désirait ardemment faire des découvertes majeures, il s’en était donc ouvert à sa mère lorsque celle-ci était rentrée à la maison ce soir-là.
– Dis, maman, tu crois qu’un jour, j’aurai ma minute Eurêka ?
– Oh, mon trésor, avait-elle dit en lui prenant la main. Qu’est-ce qui ne va pas ?
– Je veux ma minute Eurêka, avait-il répondu sur le ton qu’aurait emprunté un autre gamin pour exprimer une envie folle de Tortue Ninja.
Elle avait appuyé le dos de sa main contre la joue de Colin et lui avait souri, son visage très près du sien. Il avait senti l’odeur de son fond de teint et son haleine de café.
– Bien sûr, Colin, mon bébé. Bien sûr que tu l’auras. Mais les mères mentent. Ça fait partie de leur boulot. –Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l’éditeur

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.
Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine.
Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE.
Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

Détails sur le livre

  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Nathan (2 janvier 2015)
  • Collection : GRAND FORMAT DI
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2092555715
  • ISBN-13: 978-2092555712

 

Le théorème des Katherine | PDF TÉLÉCHARGER | 4.5
Plus de 14M Ebooks libres et gratuits, à lire gratuitement et légalement sur votre PC, smartphone, tablette ou liseuse électronique.
Home - DMCA - Contact