Les Hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus

Les Hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus – J’ai lu tous les commentaires de mes prédécesseurs.
Pour commencer je voudrais dire qu’un livre est une oeuvre d’art.
Un observateur apprécie l’art en fonction du coté où il se trouve.
Moi je peux voir une tete de chimpanze pendant qu’un autre est en face d’un oiseau en plein vol. Mais dans l’art, ce n’est pas l’objet qui est important, mais le message qu’il porte. A vous de le décrypter.Si vous prenez le temps de lire toute l’introduction de ce livre, vous constaterez que l’inspiration de l’auteur nait a l’issue d’une relation difficile et ambigüe avec sa femme due a un problème de communication.

L’auteur prendra meme le risque de conclure que la majorité de tous les problèmes de couples ont pour racine, la mauvaise communication. Ceci est vrai, mais a condition que la relation soit basée sur un vrai amour

En revanche, ce livre n’apporte pas de solutions
– aux couples en instance de divorce (pour eux il est trop tard).
– aux hommes et femmes liés par intéret quelconque ou forcés de se marier.
– aux mineurs
– aux personnes qui vivent séparement, par exemple les amours de college
– aux nouveaux amoureux

Ce livre été écrit pour des hommes qui ont des femmes et qui vivent avec elles une relation d’amour vrai(et vis versa). Il apporte une nouvelle source d’inspiration et d’énergie à ce groupe de lecteurs hommes et de femmes modernes qui ont par tous les moyens essayé sans y parvenir à améliorer leur relation de couples, mais sont tout de meme restés ensemble par loyauté ou par amour pour leurs enfants, ou meme par peur de devoir tout recommencer

Mars est le dieu de la guerre, Vénus la déesse de l’amour. C’est ainsi que John Gray illustre la différence des sexes. Deux univers, deux fonctions, deux langages qui semblent aux antipodes l’un de l’autre. D’où les crises, les malentendus, les renoncements.L’auteur livre ses réflexions de spécialiste en thérapie conjugale : il nous éclaire sur ce sentiment d’incompréhension inhérent à la relation amoureuse. Il invite à penser autrement, à concevoir la vie de couple comme un travail. Chercher à appréhender, à comprendre l’autre dans sa singularité, à modifier nos attentes. C’est un véritable guide pratique pour apprendre à aimer mieux. L’auteur analyse toutes sortes de situations ou la violence révèle les frustrations de chacun. De façon extrêmement concrète, il oriente, conseille. Il aide à dépasser les conflits de façon à ce que ces différences nourrissent la relation au lieu de la détruire.

Cet ouvrage est devenu un véritable best-seller, traduit dans le monde entier. Sa lecture enrichit, réconforte, amuse aussi car le style est simple, drôle et jamais pontifiant. –Claire Mazurel

Présentation de l’éditeur

Les hommes et les femmes ne se ressemblent pas. Tout le monde le sait mais peu d’entre nous mesurent à quel point cette différence complique la vie des couples. C’est comme si chacun venait d’une autre planète. Nous ne réagissons pas de la même manière au stress, aux soucis quotidiens, à l’argent, à l’amour. Il s’ensuit parfois de graves malentendus… Ce livre nous propose de découvrir la façon dont fonctionne ” l’étranger ” qui est en face de nous, afin de faciliter l’existence commune. Et il y a beaucoup à faire ! Analyser les attitudes, décoder les messages, adapter son langage à celui de la ” planète ” opposée, apprendre à demander, à offrir, à discuter avec les mots de l’Autre et même… à se disputer utilement ! John Gray a tiré cet ouvrage de ses nombreux cours et séances de thérapie conjugale. Un guide indispensable pour tous ceux qui désirent mieux communiquer et obtenir le maximum de la relation masculin-féminin. –Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le livre

  • Poche: 342 pages
  • Editeur : Editions 84 (4 janvier 1999)
  • Collection : J’ai lu Bien-être
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290071331
  • ISBN-13: 978-2290071335

Ce livre est écrit comme un best-seller, sans toute notre réserve française. La traduction de quelques dialogues-types fait un peu bizarre. En dehors de ça il se dévore. Et pourtant je ne suis pas du genre nourri aux éditions bien-être, aux yaourts qui descendent bien et aux concombres dans les yeux, et les horoscopes me font pitié.

En somme voilà ce que m’a apporté ce bouquin:
– Du temps tué dans le train. En vrai j’étais impatient de m’asseoir pour poursuivre ma lecture.
– J’ai enfin compris ma mère. Non, elle ne faisait pas exprès d’être (parfois) insupportable, elle n’a juste pas encore lu ce livre. Nos pauvres mères ne bénéficient pas de notre patience autant que nos copines / femmes / etc.
– Je me suis enfin compris face à ma copine. Relax, je suis normal. Tiens profitons-en pour s’écouter un peu plus puisque mes sens disent vrai sur ce dont j’ai besoin, et ces supposées contradictions avec elle n’ont rien de tangible.
– Ma copine est bien la petite extraterrestre que je pensais. Tant mieux.

Manque de pot je n’ai pas pu le finir puisque je l’ai laissé à un ami en situation d’urgence. J’en ai maintenant un nouvel exemplaire.

Les Hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus | PDF TÉLÉCHARGER | 4.5