Grammaire anglaise de l’étudiant

Grammaire anglaise de l'étudiantGrammaire anglaise de l’étudiant – Cette grammaire est destinée aux étudiants des Universités et des Grandes Ecoles depuis le début de leurs études supérieures jusqu aux examens et concours de tous niveaux. Son objectif est d aider les étudiants à assimiler et à utiliser les schémas de l anglais d aujourd hui, tel qu il est parlé et écrit par les anglophones. Les bases de la grammaire anglaise sont présentées de façon claire et compréhensible selon une méthode progressive. Cette nouvelle édition propose plus de 250 exercices (de transformation, de traduction, de Q.C.M., etc.) et des corrigés que les étudiants sont invités à considérer comme compléments essentiels de chaque leçon ; ils trouveront également des exercices de récapitulation pour faire le point des connaissances acquises. Dans cette grammaire de référence prescrite depuis 1989, on a veillé à emprunter des citations d auteurs du XXe siècle et à actualiser les exemples. La présentation a été modernisée et dynamisée afin de mettre en valeur le contenu et de faciliter son utilisation.

Extrait

1. Conjugaison des verbes. Généralités

1. IMPORTANCE DES FORMES PÉRIPHRASTIQUES

1 a) Un tableau de conjugaison d’un verbe français, par exemple chanter, remplit une page entière d’un livre de grammaire, tant sont nombreuses les formes que prend ce verbe aux différentes personnes, aux différents temps et modes (39 en tout, et il en reste encore 27 si l’on omet les temps peu employés dans la langue parlée : passé simple et imparfait du subjonctif). Un tel tableau serait superflu dans une grammaire anglaise, chaque verbe n’ayant en tout que 4 formes différentes s’il est régulier, entre 3 et 5 s’il est irrégulier.

Work, works, worked, working
Sing, sings, sang, sung, singing
Shut, shuts, shutting

Ces formes sont nettement différentes entre elles phonétiquement, ce qui n’est pas toujours le cas en français (chante, chantes, chantent ; chanté, chanter, chantez, etc.).

L’absence de désinences compliquées facilite les conversions, même à partir de mots étrangers (§ 976), mais elle interdit (sauf exceptions rares, § 700) de sous-entendre le pronom sujet (comparer avec le latin : «cogito, ergo sum», l’espagnol, l’italien).

2 b) Si les formes sont peu nombreuses, le système de conjugaison n’en est pas moins complexe.

Il est fondé sur l’emploi de périphrases utilisant des auxiliaires (be, have, do, let, will, can, used…) et des expressions diverses (be going to, be likely to, had better…).

Le verbe peut être accompagné de plusieurs auxiliaires (He must have been sleeping. They would have been disappointed).

Ces formes périphrastiques permettent de conjuguer le verbe dans tous les autres cas que le présent et le preterite, seuls temps simples, et d’exprimer de nombreuses notions d’aspect (durée, achèvement, répétition) et de modalité (nécessité, probabilité, volonté, etc.) ainsi que la voix passive.

Quant à l’infinitif, il existe sous deux formes dont les emplois sont nettement délimités : une forme périphrastique utilisant la particule to (to sing, to work) appelée infinitif complet ; et une forme simple (sing, work) appelée infinitif sans to, qui est le radical du verbe (ou base verbale). Voir leçon 18.

3 c) Les deux temps simples (présent et preterite) ne sont en réalité simples qu’à la forme affirmative non emphatique.

Comparer :

Does she play tennis ? – Did he tell you ?
She doesn’t play tennis – He didn’t tell you
She does play tennis – He did tell you
She plays tennis – He told you

Si les phrases : she plays tennis et he told you n’ont rien d’exceptionnel par leur emploi, elles sont en fait exceptionnelles par leur forme, la règle générale étant la forme périphrastique, qui est une tendance constante de l’anglais, langue analytique.
D’autre part, à ces mêmes temps simples correspondent des formes composées quand le verbe est employé à l’aspect progressif :

She is playing tennis – He was telling you a lie

Et l’auxiliaire est toujours indispensable, avec les temps simples comme avec les autres (et il faut donc l’avoir présent à l’esprit), pour former les tags qui permettent de terminer une phrase ou d’y répondre elliptiquement, ce qui se fait très couramment dans la langue parlée. Voir leçon 7.

She plays tennis, doesn’t she ?
He told you. – Did he really ? – Yes, he did.

L’auxiliaire (does, did), qui sert ici à rappeler le verbe tout en indiquant son temps et parfois sa personne, lui est étroitement lié. Il est toujours prêt à «apparaître» en cas de besoin.

Détails sur le Grammaire anglaise de l’étudiant livre

  • Broché: 640 pages
  • Editeur : Ophrys; Édition : édition revue et corrigée (1 juillet 2014)
  • Langue : Français, Anglais
  • ISBN-10: 2708014080
  • ISBN-13: 978-2708014084

Voilà une très bonne méthode de révision. Ce livre reprend toutes les bases de la grammaire anglaise avec de nombreux exemples. Chaque leçon est très bien développée, les explications sont claires et d’un niveau suffisamment relevé pour progresser rapidement.

J’ai été ravie de me plonger dans cet ouvrage pour une remise à niveau et je ne regrette pas du tout mon achat (mon meilleur achat de grammaire anglaise depuis longtemps).

Seul bémol, tous les exercices proposés à la fin de chaque leçon ne sont pas corrigés (seulement 2 ou 3 sur les 4 à 5 proposés) mais les plus importants le sont et c’est ce qui compte.

Si vous avez besoin de vous rafraîchir la mémoire ou de vous remettre à niveau, n’hésitez pas, ce livre est très bien conçu.

Grammaire anglaise de l’étudiant | PDF TÉLÉCHARGER | 4.5